Undescribed image
Undescribed image

Soutenir et renforcer les politiques et actions développées en réponses aux défis des changements climatiques par la coordination internationale, telle est l’ambition de la CIE sur cet axe majeur de son travail.

La nécessité d’une coordination internationale face au changement climatique

Ces dernières décennies, les températures, les épisodes de fortes pluies et les vagues de chaleur ont augmenté dans le district de l’Escaut. Le niveau de la mer monte comme ailleurs sur la planète. Dans un meme temps, la population augmente et sa composition change (des familles plus petites, le vieillissement…) ainsi que les modes de vie. L’adaptation consiste en un processus d’adaptation à la situation actuelle ou future et à ses effets, afin de mitiger les conséquences néfastes ou d’utiliser au mieux les opportunités. Elle vise la mise en place des mesures nécessaires pour maîtriser la vulnérabilité des systèmes anthropiques et naturels aux conséquences du changement.

Pour répondre à ces enjeux, des politiques se développent et des actions sont menées, mais celles-ci doivent être renforcées et la coordination internationale est nécessaire. Une première note stratégique d’adaptation au changement climatique a été élaborée pour le district de l’Escaut. Après une brève présentation des plans d’adaptation des Parties, cette note présente une description générale de l’état des lieux et des scénarios de l’avenir. Elle s’intéresse également aux effets directs et indirects du changement climatique, aux enjeux importants, aux mesures et aux recommandations pour le district de l’Escaut.

Les enjeux des effets du changement climatique sur les écosystèmes « eaux douces »

Le district de l’Escaut devra faire face à des changements climatiques (température, pluviométrie, …) qui pourraient influencer le cycle de l’eau : les écosystèmes, les usages de l’eau et la protection vis-à-vis des inondations, les submersions marines, l’érosion et les intrusions salines pourraient être modifiés de façon substantielle. Le régime des précipitations annuelles va avoir tendance à se modifier. Les événements climatiques extrêmes pourront être plus fréquents et plus intenses. L’augmentation de la température des eaux de surface favorisera d’autant plus l’eutrophisation et entraînera des modifications d’écosystèmes et de possibles mortalités piscicoles. Le bon état pourrait devenir plus difficile à atteindre pour certaines masses d’eau.

Il est donc nécessaire d’échanger sur les scénarii climatiques, sur les plans d’adaptation de chaque Partie et de prévoir une stratégie cohérente et coordonnée d’adaptation au changement climatique en cohérence avec la mise en œuvre de la DCE, de la DRI et de la DCSMM. Des mesures supplémentaires d’adaptation devront être prises pour s’adapter à ces changements, sécuriser la ressource en eau et atteindre le bon état aussi bien dans les eaux de surface que dans les eaux souterraines.

La CIE au cœur de la coordination des programmes d’évaluation des conséquences des changements climatiques

Des échanges sur les différents scénarios possibles ont été effectués. Maintenant, il faut évaluer les conséquences et les mesures comme à mettre en oeuvre. Des recommandations ‘changement climatique’ sont/doivent venir.

Plusieurs aspects sont envisagés concernant les effets du changement climatique :

  • hausse de fréquence des vagues de chaleur impliquant en milieu urbain notamment des aléas de chaleur extrême (et donc une augmentation de la consommation en eau);
  • Accroissement de la fréquence et de la durée des sécheresses estivales engendrant une concentration de la pollution dans les cours d’eau et les milieux aquatiques et impliquant la diminution et / ou la dégradation de la ressource en eau de surface;
  • La forte sensibilité des milieux humides à l’évolution des températures et des conditions hydriques (augmentation de la vulnérabilité, en particulier pour les zones humides dépendantes des eaux de pluie).

Le travail de la CIE par rapport aux changements climatiques

En pratique, la question des changements climatiques est une problématique transversale traitée de façon récurrente par l’ensemble des groupes de travail. Des mises à jour de l’évaluation des effets des changements climatiques sur les ressources sont régulièrement échangées au sein des différents groupes de travail. La réflexion sur les mesures et actions communes à mettre en œuvre s’élabore au fur et à mesure des réunions de travail. Celles-ci se traduisent ensuite par des échanges de vue et des recommandations aux chefs de délégations qui pourront le cas échéant prendre des mesures à un niveau décisionnel et politique.

Note climat CIE (2015)

Télécharger