Undescribed image
Undescribed image

La cartographie, l’outil principal pour une analyse et une coordination transfrontalière à l’échelle du district international de l’Escaut.

La cartographie comme outil de coordination

Outre le rapportage national et les informations collectées pour l’UE, la cartographie à l’échelle du district est l’outil principal pour une analyse et une coordination cartographique transfrontalières.

La cartographie permet en effet de disposer d’une vision globale, à l’échelle du district, d’un problème donné. L’analyse qui peut alors en être faite est plus large que celle qui le serait à partir d’une vision régionale des données. De même, la coordination s’en trouve renforcée.

Les enjeux liés à la cartographie

Cependant, pour ce district, 3 systèmes différents de coordonnées de référence coexistent. De plus, les modalités de stockage des données géographiques et leurs approches, propres à chaque partie, entraînent des problèmes de continuité et de définition dans les zones transfrontalières.

Par conséquent, depuis le démarrage de la coordination internationale de la mise en œuvre de la DCE dans le District de l’Escaut, le projet « Cartographie » a travaillé sur la cohérence et la standardisation des données puis a réalisé ensuite des cartes coordonnées issues de sources d’information traçables et harmonisées sur la base d’un système de référence commun conforme à la directive ’Inspire’ (ETRS89).

La CIE et le service cartographique de Wallonie

C’est le service cartographique de Wallonie qui prend en charge les besoins cartographiques pour la CIE. Le travail réalisé s’illustre notamment par la réalisation de toutes les cartes des documents et rapports produits par la CIE et d’un site internet proposant des cartes interactives, le WebGIS Escaut.

Un nouveau WebGIS vient d’être mis en place, plus convivial, plus rapide et offrant des fonctionnalités augmentées par rapport à l’ancienne version proposée.

L’ensemble des cartes proposées dans les rapports seront progressivement implémentées sur le WebGIS. L’utilisateur pourra également composer ses cartes à partir des options disponibles et même importer des données externes.

Un des avantages majeurs du WebGIS est la capacité offerte de zoomer sur des portions de territoire et donc de données. L’utilisateur sera donc en mesure de passer d’une vision globale, utile à l’appréhension globale d’un problème, à une vision détaillée, utile à une analyse fine et à l’élaboration de recommandations concrètes et pratiques.

Le WebGIS devrait dès lors devenir un outil de choix pour le travail des groupes de travail. Il offre d’ailleurs une partie publique mais aussi une partie réservée aux membres. Celle-cie offre la possibilité de travailler par essais-erreurs et de travailler de façon libre sur des données en cours de construction.